Glen Grant : l'histoire de la distillerie

Glen Grant : l'histoire de la distillerie

 

La distillerie Glen Grant a été fondée par les frères John et James Grant. La licence de Glen Grant a été obtenue officiellement en 1840, bien que les fondateurs aient laissé planer un doute sur une éventuelle distillation illicite bien avant cette date. John et James avaient eu une première expérience dans la gestion d’une distillerie, ils avaient travaillé pour Aberlour.

La distillerie est idéalement située le long de la rivière Spey. Les champs d’orge s’étendent tout autour. Le transport des matières premières, ainsi que le produit fini étant un facteur prépondérant dans la survie et l’expansion des activités, les frères vont eux même financer le prolongement de la route vers le sud et appuyer avec insistance le projet de construction d’une ligne de chemin de fer jusqu’à Elgin.

L’innovation technologique sera à la base du projet de distillation, notamment les alambics. Très grands et possédant une forme particulière au niveau du bulbe d’ébullition, relativement allongés, là où d’autres ressemblent plus à un oignon. Ils sont au nombre de huit et possèdent un système de pré-condensateur. Au départ chauffés au charbon, ils passeront au gaz en 1972. Tout cela va contribuer à produire un whisky au style léger et facile d’accès. Aujourd’hui la production dépasse les 6.000.000 de litres d’alcool pur par an.
 
En 1872, les fondateurs de la distillerie Glen Grant sont décédés. Le jeune James Grant «The Major», né en 1847, ayant hérité de l'entreprise et du titre «Glen Grant» de son oncle John Grant va se révéler un digne successeur. Les affaires se portent bien et en 1898 ils fondent Glen Grant 2, connue aujourd’hui sous le nom de Caperdonich. Une loi ayant par la suite interdit de donner le même nom à une seconde distillerie, d’un même propriétaire. Caperdonich fermera définitivement ses portes en 2002.

En 1931, le major Grant, le dernier Glen Grant, décède; il laisse dans le deuil trois filles et une distillerie devenue l'une des plus célèbres au monde. Douglas MacKessack, son petit-fils, va devenir son successeur. En 1952 il procèdera à la fusion de sa société avec le groupe de George Grant et JG Smith, pour fonder ‘The Glenlivet & Glen Grant Distillers. Dans les années ’60 il sera le whisky le plus vendu dans le monde, participant également à de nombreux assemblages.

Dans les années ’70 une nouvelle fusion avec le groupe Thompson et Longmorn, participera à la fondation de The Glenlivet Distillers. C’est à cette époque que le nombre d’alambics sera augmenté, mais c’est également à la fin de cette décennie que l’usine tombera dans l’escarcelle du groupe Seagram. En 2001 Seagram va s’effondrer et ses distilleries seront partagées entre Diageo et Pernod Ricard. Ce dernier va posséder Glen Grant, avec Chivas Brother, Longmorn etc. Cinq ans plus tard c’est le groupe italien, Campari qui en fera l’acquisition pour 115.000.000 d’euros.

Cette distillerie n’aura connu qu’une fermeture durant la guerre. Il est possible de déguster de très vieux Glen Grant, c’est un whisky qui se prête particulièrement bien au vieillissement de longue durée, mais il faudra se diriger vers les embouteilleurs indépendants, comme Gordon & MacPhail ou Berry Bros & Rudd par exemple.