LE RHUM J.M

rhum JM

LE COMMENCEMENT

J.M. a été fondée sur les bases de l’habitation sucrière de 1790, Fonds Préville à Macouba, bien qu’une telle activité soit déjà recensée dans la région un siècle plus tôt. La distillation par Jean Marie Martin, débute en 1845, date à laquelle il acquière la distillerie. C’est alors que la marque J.M. est apposée pour la première fois sur les fûts. En 1922 Ernest Crassous de Médueil l’acquière, après qu’elle ait connu plusieurs propriétaires successifs. C’est son frère Gustave qui va en assurer la gestion, un domaine qu’il maîtrise, puisqu’il possède déjà lui-même Bellevue. De la mort de Gustave en 1920 à la reprise par son fils René en 1930, la distillerie est louée, étant donné le jeune âge de ce dernier. Il reste à la tête de la société jusqu’à son décès en 1977.


.

LE RACHAT

C’est son neveu Hubert Duchamp de Chastaigné, qui peu de temps auparavant a intégré la distillerie, sa mère dessine par ailleurs en 1984 la bouteille que nous connaissons tous. Durant les années ’90, d’importantes mises à jour sont effectuées, de nouvelles colonnes, de nouveaux chais, de nouvelles cuves et un système de refroidissement des chais en vue de plus longues maturations. En 2002 c’est le Groupe GBH de Bernard Hayot qui se porte acquéreur de l’ensemble, produisant à partir de ses seuls 100 hectares de culture de canne, la totalité de son rhum. Aujourd’hui, la maison possède deux versions de rhum blanc dans sa collection, réduites comme le veut la tradition à 50% et 55% mais l’accent est placé essentiellement sur les rhums vieux. Nous avons des versions qui vont du V.O. au X.O., mais aussi de très beaux millésimes, ou encore des versions d’âge, comme le 15 ans par exemple.
rhum JM

Le processus de fermentation se déroule sur un jour et demi à deux jours. La distillation se pratique à l’aide de deux colonnes créoles munies de 15 plateaux et 5 condenseurs, qui produisent un rhum titrant environ 70%.

> Découvrez les produits J.M