LE WHISKEY AMÉRICAIN

Whisky Américain prestige whisky

Tout comme son cousin irlandais, le whisky s’affuble d’une voyelle supplémentaire et devient whiskey de l’autre côté de l’Atlantique. Outre cette différence orthographique, le whiskey américain est bel et bien unique en son genre !

Si le Bourbon a pendant longtemps régné en maître sur le paysage du whiskey américain, les Etats-Unis se sont fait le berceau d’une nouvelle vague de distillateurs, désireux d’innover et portes étendard de la génération craft, dont nous vous parlons plus en détail ici. À la différence des malts écossais, les whiskeys américains sont produits à partir d’un mélange de diverses céréales, généralement : maïs, orge et seigle. Selon leur proportion, le distillat se fera Rye Whiskey (51% de seigle), Corn Whiskey (80% minimum de maïs) ou plus communément Bourbon (51% de maïs).

Si la croyance populaire laisse à penser que le bourbon est produit uniquement dans l’état du Kentucky, ce n’est en réalité pas le cas, il est en effet possible, en suivant quelques règles (le bourbon doit, entre autres prérequis : être produit aux États-Unis à partir de 51% de maïs minimum, vieilli en fûts de chêne neufs et titrer 40% minimum), de produire du bourbon n’importe où dans le pays ! Cela étant dit, près de 90% du bourbon aujourd’hui sur le marché est produit au Kentucky où plus de 5 millions de fûts vieillissent à l’heure actuelle, plus que la totalité de sa population !

Différentes légendes sur son origine remplissent les pages des livres sur l’histoire du bourbon, comme par exemple celle d’Elijah Craig, célèbre distillateur du Kentucky à qui l’on attribue souvent la découverte du vieillissement en fûts carbonisés. En réalité, si sa naissance reste floue, le bourbon s’est popularisé vers la fin du 18ème siècle avec l’arrivée massive d’immigrés européens, dont de nombreux écossais. Bien que déjà produit en quantité dès le début du 19ème siècle, la véritable reconnaissance du bourbon par le Congrès américain en tant que « distinctive product of the United States » n’aura lieu qu’en 1964.

D’autres états ont également su tirer leur épingle du jeu, comme par exemple le Tennessee, fief du célèbre Jack Daniel’s, où une étape supplémentaire (la filtration au charbon) lors de la production de son whiskey, lui permet d’orner ses bouteilles de l’appellation « Tennessee Whiskey ». À noter, les fûts, appelés barrels, sont préalablement brûlés de l’intérieur (à différent degrés) avant remplissage, on appelle ce procédé le charring. Il apportera au whiskey américain ses arômes boisés, mielleux et vanillés ainsi que sa couleur, plus ou moins ambrée selon la durée de maturation.

> Voir les whiskies Américain